L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le samedi 6 avril 2019

 

 

Au Rwanda, "la croissance économique et le contrôle de la société vont de pair"

 

avatar

Marie E.Berry et Laura MannThe ConversationFrance Télévisions
 

 

 

"Les investissements et les politiques industrielles mises en place par le gouvernement ont engendré une croissance solide et, ce faisant, donné davantage d’influence aux membres du sérail", affirment deux chercheuses. Leur analyse dans The Conversation

 

 

 

17341751.jpg

 

Le président rwandais Paul Kagame. Le Rwanda a une économie en plein essor qui est contrôlée par un régime autoritaire.  (CHRISTIAN MARQUARDT/EPA-EFE)

 

 

 

Le Rwanda est aujourd’hui considéré comme un modèle de développement économique. Vingt-cinq ans seulement après l’horreur du génocide, le pays avance à pas de géant. Cependant, le gouvernement de Paul Kagame fait l’objet de nombreuses critiques pour son autoritarisme et la violente répression de ses opposants.

 

 

Le Rwanda peut s’enorgueillir de nombreuses réussites. Le pays compte le plus grand nombre de femmes politiques au monde. Au Parlement, plus de la moitié des députés sont des femmes.

 

 

Les progrès technologiques y sont également remarquables. Le Rwanda est connu pour ses innovations qui permettent à la population d’accéder à des services essentiels, comme la transfusion sanguine. Il est aussi à la pointe en matière d’accès à Internet : plus de 95 % du pays bénéficie d’une couverture réseau. En outre, il continue d’afficher une croissance économique impressionnante.

 

 

Il importe, toutefois, de replacer ces avancées dans leur contexte.

 

 

Dans un article publié il y a trois ans, nous analysions les motivations politiques qui sous-tendent le développement du Rwanda. Plusieurs points sont toujours d’actualité.

 

 

Nos recherches mettent ainsi en évidence le double statut du pays, qui est à la fois un modèle de développement et un paria accusé d’autoritarisme au sein de la communauté internationale. Nous montrons ainsi que les marchés constituent des espaces à travers lesquels l’État rwandais accroît son emprise.

 

 

En d’autres termes, dans ce pays la croissance économique et le contrôle de la société vont de pair.

 

 

Pour bien saisir la situation, il faut d’abord comprendre les intérêts politiques qui dictent les priorités en matière de développement au Rwanda, puis prendre en compte l’histoire du pays, notamment son passé violent.

 

 

Capitalisme et développement

Des motivations politiques sous-tendent toujours le développement économique. Or l’essor de la pensée entrepreneuriale au sein des cercles chargés du développement a tendance à occulter cette réalité. Elle conçoit le développement comme un simple défi technocratique et dépeint les marchés comme des espaces apolitiques où « l’économie » peut fonctionner.

 

 

Les débats à la Banque mondiale, au sein du programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) et dans d’autres organisations internationales suggèrent ainsi que les États devraient s’affranchir des considérations purement politiques s’ils veulent se développer efficacement.

 

 

Or, cette vision des choses néglige un nombre significatif d’études en sciences sociales qui démontrent combien, historiquement, la croissance de type capitaliste a pu être stimulée par un renforcement du pouvoir de l’État. Des sociologues et des historiens ont ainsi montré comment l’accroissement du pouvoir étatique en Europe a jeté les bases nécessaires à la coordination du secteur privé et du développement des économies de marché.

 

 

Toujours selon les chercheurs, les « tigres » du Sud-Est asiatique, à la croissance accélérée, ont eux aussi bénéficié d’une forme de capitalisme étatique. Là encore, des relations d’interdépendance se sont tissées entre dirigeants politiques et entrepreneurs.

 

 

Dans les deux cas, le développement économique a été à la fois la conséquence – et un ingrédient – d’une consolidation du pouvoir de l’État.

 

 

La question de savoir si ce modèle de développement peut être transposé dans les pays d’Afrique a été longuement débattue. Certains estiment que les systèmes politiques locaux ne s’y prêtent pas, du fait de la manière arbitraire dont les États africains se sont formés, mais aussi du fait des ambitions entrepreneuriales autochtones contrariées pendant la période coloniale. Cette situation a généré ce que les chercheurs appellent des relations de prédation entre les entreprises et l’État.

 

 

Néanmoins certains pays, comme le Rwanda, sont bien parvenus à créer des partenariats entre l’État et le parti au pouvoir pour canaliser les investissements dans les secteurs prioritaires, tout en luttant contre des formes plus flagrantes de corruption qui grèvent la productivité, à des échelons inférieurs de la société.

 

 

 

Un passé de violences

L’histoire récente du Rwanda a été marquée par de multiples périodes d’insécurité généralisée qui ont poussé le gouvernement à faire du développement une priorité.

 

 

La principale menace pour la sécurité du pays est liée aux reliquats du sectarisme Hutu, à l’origine du génocide de 1994. Parmi les autres dangers potentiels pour le régime, on peut citer la contestation de l’autorité du président Kagame par des mouvements d’opposition comme le Congrès national rwandais, ainsi que l’instabilité persistante chez son voisin, la République démocratique du Congo.

 

 

Le gouvernement a adopté une série de mesures pour désamorcer ces menaces. Certaines sont explicites, comme le déploiement de forces de sécurité à travers tout le pays. D’autres sont plus subtiles, comme les aides sociales (distributions d’argent dans les milieux défavorisés notamment) utilisées pour apaiser les frustrations des Rwandais les plus pauvres, qui se considèrent comme les laissés-pour-compte du développement économique.

 

 

Toutefois, les dirigeants ont aussi tendance à exagérer les dangers potentiels, de manière à légitimer la militarisation des frontières et justifier des mesures de sécurité toujours plus répressives. La récente décision du gouvernement de fermer sa frontière nord avec l’Ouganda et de diffuser des consignes strictes à l’intention des voyageurs en est un bon exemple. Cette décision, soi-disant prise pour des raisons de sécurité, suit le même schéma que d’autres exagérations visant à justifier la militarisation accrue du pays. Les propos du président Kagame ont suscité l’inquiétude de certains observateurs qui redoutent même que le gouvernement rwandais ne prépare des frappes militaires pour déstabiliser l’Ouganda.

 

 

Mais quelle est donc la nature du lien entre cette tendance à la militarisation et le développement du pays ?

 

 

 

Une élite politico-militaire

Selon nous, le développement des marchés a contribué à accroître le pouvoir d’une élite politico-militaire aux commandes de l’économie rwandaise. Les investissements et les politiques industrielles mises en place par le gouvernement ont engendré une croissance solide et, ce faisant, donné davantage d’influence aux membres du sérail.

 

 

Il est indéniable que l’État a profité de cette croissance et de ce climat susceptible d’attirer les investisseurs pour renforcer ses infrastructures, améliorer les services publics et encourager le progrès. Sa capacité à susciter le respect et la loyauté de la population dépend d’ailleurs du caractère durable de la croissance. Malgré tout, la transformation de l’économie au Rwanda, comme dans tous les pays du monde, suit une logique politique de renforcement des classes sociales.

 

 

Reste à voir si ce modèle pourra perdurer dans un contexte de développement lent et inégalitaire, et une économie mondialisée au sein de laquelle la mise en œuvre de réelles transformations structurelles tourne de plus en plus à la compétition. En dépit de l’accent mis sur le développement, beaucoup de Rwandais vivent encore dans la misère et leur pouvoir d’achat dépend souvent des interventions fréquentes de l’État.


Traduit de l’anglais par Iris Le Guinio pour Fast ForWord.The Conversation

 

 

 

 

Marie E. Berry, Assistant Professor, Josef Korbel School of International Studies, University of Denver et Laura Mann, Assistant Professor, Department of International Development, London School of Economics and Political Science

 

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

 



06/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres