L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

le Progrès du vendredi 4 août 2017

 

 
 
    RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE - L'ASIE DU SUD, FUTURE FOURNAISE INVI-
       VABLE ?

 

 

 

Selon des scientifiques, la chaleur pourrait menacer 1,5 milliard de personnes d'Asie du sud d'ici la fin du siècle.

 

 

Chaque jour ou presque, une nouvelle étude scientifique alerte sur les conséquences concrètes - et possiblement dramatiques - de l'actuel réchauffement climatique. La dernière d'entre elle, publiée mercredi dans la revue Science Advances, nous apprend qu'une partie de l'Asie du Sud - où vivent 1,5 milliard d'êtres humains - risque de devenir invivable d'ici 2100.

 

 

Les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology et de l'Université Loyola Marymount à Los Angeles y expliquent : "L'augmentation des températures et de l'humidité durant l'été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l'organisme humain à survivre sans protection".

 

 

Et de prévenir : "Ces vagues de chaleur mortelle pourraient même se produire d'ici seulement quelques décennies dans des régions d'Inde, du Pakistan et du Bangladesh, y compris dans les bassins fertiles de l'Indus et du Gange, d'importantes régions de production agricoles".

 

 

 

Pas plus de 35°C

 

Qu'elles frappent en Europe (70 000 morts en 2003, dont 20 000 en France) ou en Asie (3 500 morts dans le sous-continent indien en 2015), les canicules font toujours des ravages et sont de plus en plus fréquentes.

 

 

Mais, expliquent ces chercheurs, on n'avait pas fait auparavant de prévisions de "chaleur humide" étouffante et des ses effets sur la capacité de l'organisme humain de s'y adapter. De récentes études montrent que les effets les plus dangereux de la chaleur résultent d'une combinaison de température et du niveau d'humidité. Pour la mesurer, un indice de température composite mêle la chaleur, l'humidité et le rayonnement solaire. Il indique ainsi la capacité d'évaporation de la sueur, le mécanisme permettant au corps humain de maintenir une température normale.

 

 

Quand cet indice de température atteint 35°C, l'évaporation de la sueur est très limitée et rend la survie difficile. C'est cette limite de 35°C qui sera atteinte en été dans la plus grande partie de l'Asie du sud d'ici la fin du siècle si l'on ne réduit pas les émissions de dioxyde de carbone (CO2). Bonne nouvelle, si le scénario de réduction des émissions de CO2 mis en place dans le cadre de l'Accord de Paris de 2015 est respecté, les températures en Asie du Sud seraient limitées à 31°C. Ce qui serait dangereux pour la santé, mais pas mortel. Mauvaise nouvelle, cet accord n'a que 5% de chances de limiter réellement le réchauffement climatique. C'est une autre étude scientifique (Étude publiée dans la revue Nature Climate Change, le 31 juillet 2017) qui le dit.

 



10/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres