L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

le Progrès du samedi 29 juillet 2017

 

 
 
    EXPLORATION - À LA RECHERCHE DE ZEALANDIA, LE CONTINENT IMMERGÉ

 

 

 

Un navire de recherche est parti d'Australie pour sonder une gigantesque masse terrestre sous l'Océan pacifique, que des scientifiques voient comme "un nouveau continent".

 

 

 

Et si un nouveau continent se cachait sous l'Océan pacifique ? Hier, un navire de recherche est parti d'Australie pour tenter de percer les mystères de Zealandia, un espace essentiellement immergé que les scientifiques pensent être un nouveau continent. À l'air libre, cette immense masse terrestre ne laisse voir que la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande. Le reste, 95 % des 4,9 millions de kilomètres de Zealandia, se trouve sous l'Océan.

 

 

Des chercheurs australiens, néo-calédoniens et néo-zélandais ont publié en février dans GSA Today, le journal de la Société américaine de géologie, un article détaillant les raisons pour lesquelles ce vaste espace, dont l'existence est évoquée depuis 1995, devrait être considéré comme un continent. Une conclusion qui ne fait pas consensus dans la communauté scientifique.

 

 

Pour eux, Zealandia répond à quatre critères fondamentaux de la définition d'un continent, qui sont aujourd'hui entre 4 et 7 selon les classifications retenues pour répertorier l'Afrique, l'Eurasie (parfois scindé en Europe et Asie), l'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud, l'Antarctique et le continent australien.

 

 

Tout d'abord, l'élévation de Zealandia par rapport aux alentours. Ensuite, sa géologie propre, sa forme bien délimitée, la structure et l'épaisseur de sa croûte. Seuls 25 kilomètres séparent cette masse du continent australien ans la partie la plus étroite mais, relèvent les scientifiques, la dépression océanique y plonge à 3 600 mètres de profondeur.

 

 

Un bateau de recherche scientifique utilisé pour les forages en mer va faire des prélèvements afin de mieux comprendre l'évolution géologique de la zone.

 

 

dims.jpg

 

 

 

Si on vidait les océans...

 

Les roches et sédiments prélevés seront étudiés à bord. L'un des principaux contributeurs de l'étude publiée en février, Nick Mortimer, avait expliqué que des chercheurs rassemblaient depuis 20 ans des éléments défendant l'existence d'un continent.

 

 

Mais leurs efforts ont été compliqués par le fait que Zealandia est noyé sous les eaux. "Si l'on pouvait vider les océans, les chaînes de montagnes et cette énorme masse continentale sauteraient aux yeux", avait-il dit, espérant que Zealandia figurerait un jour sur "les cartes et dans les écoles".

 

 

Pour les chercheurs de l'expédition, "l'intérêt scientifique de classer Zealandia comme un continent va bien au-delà du simple fait d'ajouter un nom sur cette liste. Qu'un continent puisse être ainsi immergé mais pas fragmenté est utile à la compréhension de la cohésion et la destruction de la croûte continentale".

 

 

 

hqdefault.jpg

 



31/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres